Les 21 et 23 avril, le projet EU Ocean Governance présentera l’outil d’auto-évaluation de la résilience (R-SAT), un outil conçu pour évaluer la résilience d’une Aire Marine Protégée face à des changements rapides, qu’ils soient d’origine anthropique, naturelle ou globale.

Cet outil a été développé par l’axe de travail ” jumelage transatlantique résilience ” du projet, avec le soutien de l’Union européenne, la participation de multiples partenaires impliqués dans la gestion des AMP du bassin atlantique et la collaboration du groupe de spécialistes des zones côtières de la Commission de gestion des écosystèmes de l’UICN).

Le R-SAT permet d’identifier les points de force et de faiblesse, de faire des recommandations aux gestionnaires et de mesurer les progrès entre deux sessions d’auto-évaluation.

Deux sessions sont prévues :

Le ” jumelage transatlantique résilience ” a été créé en 2016 dans le cadre du projet européen Transatlantic MPA Natworks. Il réunit plusieurs partenaires, les principaux étant au Brésil, aux États-Unis, au Mexique, au Portugal et au Gabon. D’autres partenaires ont rejoint le projet, notamment du Sénégal, de Mauritanie, tandis que le réseau s’est également enrichi d’autres partenaires dans les pays des partenaires initiaux.

L’objectif de ce partenariat est d’identifier, d’analyser et de systématiser les approches et les bonnes pratiques visant à accroître la résilience des Aires Marines Protégées, et de développer la contribution des Aires Marines Protégées à la résilience des territoires côtiers environnants.

Début 2020, les réalisations du projet Transatlantic MPA Network ont été intégrées dans un nouveau projet de l’UE appelé Ocean Governance, qui poursuit la même approche que dans le bassin atlantique, mais a étendu sa couverture géographique à l’Asie du Sud-Est. MedPAN est impliqué dans ce projet, notamment à travers l’un de ses autres axes, le ” jumelage réseaux transatlantiques “.