MedPAN est fier d’annoncer que le parc national de Brijuni, membre du réseau depuis 2010, entre dans l’histoire en devenant le tout dernier “Blue Park” du monde. Le Marine Conservation Institute a décerné à Brijuni un prix “Blue Park” de première catégorie pour avoir atteint les normes scientifiques les plus élevées en matière de protection et de gestion de la biodiversité marine. Le parc national de Brijuni rejoint un réseau croissant de 21 “Blue Parks” dans le monde, conçus pour protéger et régénérer la biodiversité des océans.

Le directeur général du parc national de Brijuni, Marno Milotic, a déclaré : “C’est un grand honneur de recevoir le prix Blue Parks, qui met les AMP [aires marines protégées] sous les feux de la rampe, reconnaît leurs réalisations “sur le terrain” et les encourage à devenir encore plus efficaces dans la conservation des océans. Ce prix est décerné à notre personnel, aux communautés, aux partenaires et aux parties prenantes qui rendent possibles ces changements positifs.”

Le parc national de Brijuni, situé dans le nord de la mer Adriatique, le long de la côte croate de l’Istrie, couvre 26,5 km2 de zone marine autour de 14 îles inhabitées. Lorsque le parc a été désigné en 1983, le gouvernement croate a créé l’institution publique du parc national de Brijuni, dédiée à la gestion du parc national.

Reconnu depuis longtemps comme un endroit spécial pour la conservation de la biodiversité, Brijuni fait également partie du réseau européen de sites écologiquement importants Natura 2000. Le parc national de Brijuni protège d’importants écosystèmes d’herbiers marins, dont l’un des plus grands herbiers de Neptune, une espèce endémique, sur la côte ouest de la région d’Istrie. Les prairies sous-marines abritent une grande diversité de la vie marine en fournissant des habitats d’alimentation, de refuge et de reproduction à de nombreuses espèces de poissons et d’invertébrés. Des espèces migratrices figurant sur la liste rouge de l’UICN, notamment la tortue caouanne et le grand dauphin, ainsi que de nombreux oiseaux fréquentent la zone et utilisent ses ressources abondantes. Les prairies sous-marines peuvent amortir l’acidification des océans et séquestrer de grandes quantités de carbone, contribuant ainsi à la résilience climatique.

Dr Lance Morgan, président du Marine Conservation Institute, a déclaré : “Nous sommes ravis de voir les nouvelles désignations de Blue Park accélérer la protection des endroits les plus importants de nos océans. Le parc national de Brijuni est un parfait exemple de lieu important et riche en biodiversité à protéger, notamment parce qu’il assure la résilience climatique et abrite un certain nombre d’espèces menacées de tortues, de mammifères marins et d’oiseaux importants.”

Les écosystèmes sains de Brijuni s’associent à une vie marine abondante qui est gérée et surveillée par un personnel important et professionnel et ses partenaires. La stratégie de financement durable de l’AMP est particulièrement remarquable. Étant l’une des rares AMP financièrement indépendantes, Brijuni perçoit des revenus importants pour la conservation grâce aux droits d’entrée des visiteurs, aux activités touristiques comme la plongée et le kayak, et aux services aux visiteurs comme les restaurants et les hôtels.

Sarah Hameed, scientifique senior et directrice du programme Blue Parks, a déclaré : “J’ai hâte de travailler avec les gestionnaires qui s’occupent de Brijuni pour partager l’histoire de ce nouveau “Blue Park” extraordinaire. J’espère qu’il deviendra un modèle pour d’autres AMP dans le monde entier.”

Au total, 21 AMP dans le monde sont désormais titulaires du prestigieux Blue Park Award pour avoir atteint les normes scientifiques les plus élevées en matière de protection et de gestion de la vie marine. Le Blue Park Award récompense les efforts exceptionnels des nations, des gestionnaires d’AMP et des membres des communautés locales pour protéger efficacement les écosystèmes marins aujourd’hui et à l’avenir. Cette récompense met en valeur ces zones protégées exemplaires et leur vie marine dynamique. Il vise également à motiver d’autres nations à s’efforcer de créer des AMP solides et efficaces qui préservent la faune et la flore marines. Les prix Blue Park soutiennent les progrès internationaux vers la cible 11 d’Aichi de la Convention sur la diversité biologique, l’objectif 14 du développement durable des Nations unies et l’objectif à plus long terme de protéger 30 % des océans d’ici 2030.

À propos des Blue Parks

Les prix des Blue Parks ont été créés par le Marine Conservation Institute pour encourager les gouvernements à sauvegarder la faune et la flore marines, à sécuriser les habitats essentiels, à promouvoir la résistance au changement climatique et à assurer la beauté de nos océans pour les générations futures. L’objectif est de mettre en place un réseau efficace qui protège et préserve la vie et les habitats marins dans le monde entier. À ce jour, 21 aires marines protégées ont obtenu le statut de Blue Park. En plus de l’attribution de nouveaux Blue Parks aujourd’hui, le Marine Conservation Institute a lancé des collaborations – Blue Sparks – avec des groupes planifiant de nouvelles aires marines protégées et améliorant les aires marines protégées existantes aux États-Unis, au Mexique, en Argentine, au Chili, au Panama, en Équateur, au Costa Rica et au Mozambique, afin de s’assurer que leurs efforts aboutissent à de futurs Blue Parks.

À propos du Marine Conservation Institute

Le Marine Conservation Institute, fondé en 1996, travaille aux États-Unis et dans le monde entier pour obtenir une protection forte d’au moins 30 % de l’océan d’ici 2030, pour nous et les générations futures. Notre objectif de protéger les endroits les plus importants de l’océan suit plusieurs lignes de travail : identifier et plaider pour des aires marines protégées fortes ; améliorer les lois et autres outils pour mieux conserver la biodiversité marine ; catalyser une conservation efficace en reconnaissant et en élevant les meilleures aires marines protégées au rang de Blue Parks ; et rendre compte avec précision des efforts de conservation mondiaux grâce à notre Atlas de protection marine (MPAtlas.org).