Source: Marilles foundation

Investir dans les aires marines protégées (AMP) paye. Telle est la conclusion d’une enquête sur les bénéfices des réserves marines méditerranéennes pour l’économie et la société en général, commandée par la Fondation Marilles et réalisée en collaboration avec Ecoacsa, le Balearic Centre for Applied Biology (CBBA) et le cabinet de conseil britannique eftec.

  • L’étude révèle que chaque euro investi annuellement dans l’AMP de Llevant génère 10 euros de bénéfices.
  • C’est la première fois qu’une méthodologie de comptabilité du capital naturel (Natural Capital Accounting) est appliquée à une AMP espagnole.
  • Un guide méthodologique a été publié en même temps que l’enquête, afin de faciliter l’application de la comptabilité du capital naturel à d’autres AMP.
  • L’enquête a été menée dans le cadre du projet européen Interreg Med MPA NETWORKS que MedPAN coordonne.

La réserve marine de pêche de Llevant, à l’est de Majorque (îles Baléares), couvre 11 000 hectares, dont 5 900 relèvent de la juridiction autonome et 5 100 de la juridiction de l’État. Elle a été créée en 2007 à la demande de l’association des pêcheurs de Cala Rajada afin d’améliorer les captures et les performances économiques de la flotte artisanale, mais les résultats suggèrent que les avantages vont bien au-delà des bénéfices liés à la pêche :

  • Le capital naturel de l’AMP de Llevant apporte 4 826 518 euros par an à l’économie locale, soit 75 euros par hectare et par an. La valeur actuelle des bénéfices futurs sur un horizon de 60 ans dépasse 126 millions d’euros.
  • L’investissement annuel nécessaire pour maintenir le capital naturel de la réserve est de 473 137 euros.
  • Les services liés aux activités récréatives représentent la plus grande part des bénéfices, avec 65% du total (3 141 340 euros), suivis des services de régulation tels que la prévention de l’érosion côtière (772 547 euros, 16%) et le maintien de la biodiversité (447 313 euros, 9%).
  • Bien que les 7,4 tonnes de poisson débarquées par la flotte de pêche professionnelle aient une faible valeur économique (129 646 euros) par rapport à l’ensemble des bénéfices, l’AMP a contribué à maintenir des emplois clés dans un secteur en déclin au cours des dernières décennies. Cette valeur n’a pas été incluse dans l’estimation finale.

“Les résultats de cette étude montrent que les AMP offrent de multiples bénéfices économiques. Investir dans ces zones est rentable. Le paradoxe est que les aires marines protégées des Baléares et du reste de l’Espagne sont massivement sous-financées. Bien que la réserve marine de pêche de Llevant donne des résultats positifs, nous ne devons pas oublier qu’elle est encore loin d’avoir atteint son potentiel. En garantissant un niveau de financement adéquat, nous pourrons obtenir des retours sur investissement encore plus élevés. Il en va de même pour la plupart des AMP des Baléares et d’Espagne. La santé de notre mer et de nos côtes est essentielle à la prospérité économique des îles Baléares et de l’Espagne. En tant que signataire de la stratégie européenne en matière de biodiversité, l’Espagne s’est engagée à déclarer au moins 30 % de sa zone marine comme AMP d’ici 2030 et au moins 10 % de sa zone marine sous protection stricte. L’établissement d’un réseau solide et bien financé d’AMP doit être un élément clé de la relance économique en Espagne. Le fait de disposer d’un plus grand nombre d’AMP bien gérées apportera de grands avantages à deux industries stratégiques telles que le tourisme et la pêche. Nous pouvons sortir de la crise post-Covid en améliorant l’état de nos côtes et de notre mer.”

Aniol Esteban, directeur de la Fondation Marilles

Read here for more information.