Les nasses sont des engins de pêche sélectifs qui préservent leurs prises vivantes et intactes jusqu’à ce qu’elles soient sorties de l’eau, qui ne détériorent pas les habitats et qui sont inoffensifs s’ils sont perdus en mer… Il existe de nombreux types de nasses, qu’elles soient traditionnelles ou modernes, spécifiques par leur taille, leur forme, les matériaux qui les composent et les espèces qu’elles ciblent. Autrefois couramment utilisées pour capturer des crustacés, certains mollusques gastéropodes ou d’autres espèces, leur popularité s’est effritée au profit d’engins de pêche moins fragiles et plus performants.

Mais la pêche à la nasse reste néanmoins intéressante, et depuis plusieurs années, la prud’homie de pêcheurs de Bonifacio en coopération avec les autorités (Office de l’Environnement de la Corse – OEC) travaillent ensemble sur des campagnes expérimentales de pêche à la nasse, en particulier dans les Aires Marines Protégées (AMP), pour évaluer s’il serait pertinent de réintroduire cet engin de pêche.

Ce sont précisément les types de tests que la Réserve Naturelle des Bouches de Bonifacio (RNBB) mène actuellement dans le cadre du projet FishMPABlue2, un projet du programme Interreg Med de l’Union Européenne. L’objectif de ce projet est de tester un ensemble de mesures sur le terrain pour améliorer la gouvernance de la pêche artisanale dans les AMP méditerranéennes.

La RNBB est l’une des 11 AMP européennes impliquées dans ce projet. Chacune est chargée de sélectionner les mesures qui lui semblent les plus pertinentes compte tenu de leurs situations  terrain spécifiques et de définir et mettre en œuvre un calendrier d’activités pour les tester. Ce travail, appelé Plan de mise en œuvre du projet pilote (PPIP), est réalisé en accord avec les pêcheurs de la zone.

À Bonifacio, le PPIP se concentre sur deux mesures clés: 1) Promouvoir une pêche durable 2) Encourager l’engagement des pêcheurs avec des réunions régulières sur la pêche

Le contexte

L’un des objectifs prioritaires de l’OEC est de s’assurer que les pêcheurs à petite échelle bénéficient des mesures de conservation résultant de l’établissement d’une AMP telle que la RNBB. En tant qu’autorité de gestion de la RNBB, l’OEC coopère activement avec la Prud’homie des pêcheurs de Bonifacio depuis 1999 dans le cadre de la gestion des stocks de poissons du détroit de Bonifacio. Depuis 2000, ce partenariat a été mis en place grâce à des prestations de services entre l’OEC et les pêcheurs de la Prud’homie de Bonifacio, leur permettant de participer à diverses études menées dans la Réserve pour la gestion du stock de poissons. Les 38 pêcheurs de Bonifacio sont représentés par la Prud’homie de Bonifacio au sein du Comité Consultatif de la RNBB.

Divers campagnes et projets ont été menés dans le cadre de ce partenariat, avec de beaux résultats la plupart du temps mais aussi parfois quelques difficultés. Lors d’une réunion qui s’est tenue fin 2016 entre les gestionnaires de la Réserve et les représentants de la Prud’homie, une demande a été faite auprès de l’OEC pour la mise en place d’une campagne expérimentale de pêche à Bonifacio en 2017 et 2018. Cette demande sera exaucée grâce au projet FishMPABlue2, dont le bon déroulement pourrait aider à regagner la confiance de certains pêcheurs qui s’étaient désengagés du partenariat OEC / Prud’homie Bonifacio au cours des dernières années.

Mesures testées dans le cadre du projet FishMPABlue2

Mesure 1 : promouvoir la pêche durable

L’OEC réalisera une étude pilote sur la rentabilité de différents types de nasses traditionnelles, en collaboration avec les pêcheurs professionnels opérant dans la RNBB.

L’objectif est de permettre aux pêcheurs artisans des perspectives nouvelles en alternant les modes de pêches et ainsi réduire la pression sur les stocks les plus ciblés. Cette initiative vise également à restructurer les pêcheries afin de réorienter les efforts vers les espèces (congre, murène, dorade grise, etc.) qui méritent d’être davantage promues auprès des populations locales, des restaurateurs ou des touristes. Ceci répond ainsi à une demande des pêcheurs professionnels pour une meilleure gestion du stock de poissons en collaboration avec l’autorité de gestion.

En effet, à la RNBB, des études précédentes ont démontré que certains types de nasses à langoustes modernes (les nasses DREZEN par exemple) contribuent à la capture de certaines espèces de poissons de grande valeur commerciale (mostelle, rascasse rouge, pagre, etc.). Ces nasses ont donc été détournées de leur objectif initial et utilisées pour capturer du poisson. Mais qu’en est-il des nasses traditionnelles ? Quels types d’espèces autres que la langouste peuvent-elles capturer ? C’est ce que le projet pilote FishMPABlue2 entend examiner.

L’année dernière, 25 nasses traditionnelles en jonc ont donc été fabriquées sur commande en Sardaigne[1] et distribuées dans les 4 ports de la RNBB. Dans chaque port, 5 pêcheurs partenaires ont pu utiliser les nasses pendant une période définie (environ 5 jours) afin de permettre à chacun de tester cet engin sur son propre bateau. Les captures ont été relevées par les pêcheurs chaque fois que les engins étaient récupérés.

La campagne devait se dérouler pendant toute la saison estivale 2017, mais des retards dans la livraison des nasses ont réduit le temps de test à un mois et demi en automne, ce qui n’est pas suffisant pour produire des données significatives. Ainsi, afin de continuer à recueillir des données, les pêcheurs et la RNBB ont récemment décidé de continuer à tester les nasses pendant la saison de pêche 2018 (de mars à novembre). En plus des 25 nasses traditionnelles déjà testés en 2017, 14 nouvelles seront construites par un pêcheur local et distribués dans les différents ports. D’autres types de nasses traditionnelles destinées par exemple à la capture de mollusques tels que les bulots et les murex seront également testés. A la demande des pêcheurs, cette phase pourrait aider la Prud’homie à promouvoir ce savoir-faire traditionnel avec des pêcheurs locaux maîtrisant cette technique et désireux de la transmettre aux jeunes générations.

L’analyse des données sera effectuée en 2018 afin d’avoir un échantillon suffisant comparable aux Capture Par Unité d’Effort (CPUE) des filets pour les mêmes périodes.

Cette campagne de 2018 est mise en œuvre par le biais de conventions de prestation passés entre l’OEC et les pêcheurs professionnels opérant sur la RNBB. Ces accords sont financés par le projet FishMPABlue2.

Cette campagne est menée parallèlement à un autre projet d’acquisition de données qui se déploie sur l’ensemble du territoire corse. Baptisé DACOR (Données hAlieutiques CORses), ce projet, qui se déroulera d’avril 2017 à novembre 2020 et qui est financé par le Fonds Européen pour les Affaires Maritimes et la Pêche, vise à améliorer la connaissance sur la petite pêche côtière insulaire pour une meilleure reconnaissance des spécificités de ces flottilles auprès des instances européennes en charge de la gestion des pêches.

Mesure 2 : engagement des pêcheurs et participation

Des réunions régulières seront organisées tout au long du projet entre les pêcheurs et la réserve. La réserve invitera les pêcheurs à assister aux réunions où les activités de la réserve, y compris le projet FishMPABlue2, seront présentées. Il est prévu d’organiser au moins une réunion tous les 6 mois jusqu’à la fin du projet en 2019. Deux ont déjà eu lieu (en mars 2017 et en mars 2018).

Il est également prévu de donner l’occasion aux pêcheurs et / ou à leurs représentants de participer en 2018 à une ou plusieurs réunions régionales en Méditerranée, afin de consolider la capacité des pêcheurs aux petits métiers à représenter la voix de la pêche artisanale en Méditerranée et en Europe

 

Le projet FishMPABlue2 est un projet du Programme Interreg Méditerranée de la Commission Européenne. Il est cofinancé à 85% par le Fonds Européen de Développement Régional. Le projet a une durée de 3 ans, de novembre 2016 à octobre 2019 avec un budget de 3,5 millions d’euros. Il regroupe 8 partenaires (Federparchi, MedPAN, CoNISMa, WWF Adria, Université de Nice Sophia Antipolis, WWF Méditerranée, UICN Méditerranée et APAM) et 6 partenaires associés (CGPM, MedWet, Agence Française pour la Biodiversité, CAR / ASP, République de Slovénie pour la protection de la nature, Ministère espagnol de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement).

 

[1] Ces nasses ont été commandées par l’association MedPAN qui coordonne la participation de la RNBB au projet FishMPABlue2.

 

Étiqueté avec :