En complément des 7 projets sélectionnés dans le cadre de l’Appel à Petits Projets spécifique lancé en octobre 2017, 7 autres projets ont été approuvés dans le cadre de l’Appel à Petits Projets régulier. Ces projets ont une durée de 12 à 18 mois et sont en cours de démarrage. Ils sont financés grâce au soutien des Fondations MAVA et Albert II de Monaco.

Cet Appel à Petits Projets régulier était ouvert à tous les pays méditerranéens. Les projets financés sont situés en Albanie, Croatie, Chypre, EspagneItalie, Liban, et Monténégro.

Le prochain Appel à Petits Projets sera lancé à l’automne 2018.


Albanie – Centre albanais pour la protection de l’environnement et le développement durable

Parc marin national de Karaburun-Sazan,  aire marine de Torre-Guaceto

Titre du projet : Reproduire dans l’AMP de Karaburun-Sazan l’expérience réussie de l’implication des pêcheurs dans la gestion de l’AMP de Torre Guaceto  et renforcer la collaboration entre AMP de l’Adriatique

Thème : Gestion durable de la pêche

Objectif du projet :

Le Parc national marin de Karaburun-Sazan, créé en 2010, est la 1ère AMP d’Albanie. La pêche n’y est autorisée que dans certaines zones et seuls les pêcheurs ayant un permis délivré par l’autorité de gestion de l’AMP ont le droit d’y accéder. Ces 3 dernières années, les mesures de gestion se sont étoffées et les gestionnaires de l’AMP souhaitent améliorer la collaboration pêcheurs-gestionnaires et renforcer l’implication des pêcheurs dans la gestion de l’AMP. Ils envisagent ainsi de renforcer l’efficacité des mesures de gestion et des activités de suivi de la pêche sur le territoire. Les gestionnaires albanais souhaitent s’appuyer sur l’expérience de l’AMP italienne de Torre Guaceto, également située en mer adriatique, qui est un cas d’étude exemplaire de l’implication des pêcheurs artisanaux dans la gestion d’une AMP.

En effet, l’AMP de Torre-Guaceto a su surmonter la crise qui opposait pêcheurs et autorités locales au sujet de l’interdiction de la pêche dans l’AMP à sa création en 2001. Avec l’appui de scientifiques, un accord entre pêcheurs et gestionnaires a pu être mis en place afin d’ouvrir certaines zones à une pêche encadrée et co-gérée par les pêcheurs et les autorités locales. Aujourd’hui, les pêcheurs de l’AMP sont des acteurs clé de la définition de mesures de gestion et les effets sur la ressource sont au rendez-vous.

Ce petit projet va permettre de financer plusieurs rencontres entre pêcheurs et gestionnaires des 2 AMP. Les échanges entre ces acteurs permettront ainsi le partage de connaissances et donneront l’opportunité aux acteurs albanais d’étudier in situ les modes de gestion et de suivi mis en œuvre dans l’AMP italienne. Les acteurs albanais pourront par la suite adapter ces expériences à l’AMP de Karaburun-Sazan pour construire une stratégie de gestion et de développement durable des pêches. Ces échanges vont également renforcer les liens entre les acteurs de ces deux AMP de l’Adriatique, ce qui leur permettra de travailler ensemble sur des enjeux communs, tels que les espèces invasives par exemple.

Ce projet s’inscrit dans la continuité d’un projet intitulé “Developing Co-management Approaches for Sustainable Fisheries in the Karaburuni-Sazani Marine Protected Area”, financé par MedPAN en 2015. Ce projet avait notamment permis de promouvoir la préservation de certaines espèces de poissons dans l’AMP et de mettre en place des pratiques d’échange de données entre pêcheurs et gestionnaires.

Budget total : 27 500€

Financement MedPAN : 20 500€


Chypre – Centre de recherche environnementale Enalia Physis

Projet d’Aire Marine Protégée de Kakoskali

Titre du projet : Renforcer la participation des acteurs locaux dans le projet d’AMP de Kakoskali

Thème : Implication des acteurs locaux dans la gestion des AMP

Objectif du projet :

La zone Natura 2000 de Chersonisos Akama, située au nord-ouest de Chypre, est une zone de forte importance pour la biodiversité marine chypriote. Elle ne dispose cependant pas actuellement de système de gestion effectif. Le projet d’AMP de Kakoskali, en discussion depuis plus de 5 ans, vise à mettre en place un zonage de restriction d’accès à la pêche et aux activités de loisir sur ce territoire. Le projet, initialement porté par l’association Enalia Physis et soutenu par les pêcheurs, doit être validé par les autorités gouvernementales chypriotes en charge de la gestion des AMP. Face aux multiples modifications des frontières du projet et à la difficulté de communiquer avec les autorités gouvernementales, les pêcheurs réagissent de plus en plus négativement au projet et se désengagent des discussions, tout comme d’autres acteurs. Or, les pêcheurs seront les acteurs les plus concernés par les restrictions d’accès et leur absence des discussions compromettrait l’efficacité de mesures de gestion, voire pourrait remettre en cause l’aboutissement du projet d’AMP.

Ce projet, porté par l’association Enalia Physis, vise à remobiliser les acteurs locaux, en particulier les pêcheurs, dans le projet d’AMP. Pour ce faire, Enalia Physis envisage ainsi d’améliorer la communication avec les autorités gouvernementales et en permettre une implication significative des acteurs locaux dans la gestion de la future AMP. Plusieurs réunions de concertation seront ainsi organisées avec les autorités gouvernementales pour mieux comprendre la perception des acteurs locaux et trouver un terrain d’entente concernant le périmètre des différentes zones de l’AMP. Ce projet permettra également de jeter les bases nécessaires à la mise en place d’un comité de gestion de l’AMP, constitué de représentants des acteurs locaux, ce qui serait une première pour les AMP chypriote où il n’existe pas d’instance de concertation de ce type.

Budget total : 26 650 €

Financement MedPAN : 20 000 €


Croatie – Institut Ruđer Bošković

Zone Natura 2000 de Krka Mouth

Titre du projet : Etude de l’impact écologique du tourisme nautique dans les AMP

Thème : Gestion durable du tourisme

Objectifs du projet :

L’estuaire du Krka, en Croatie, est particulièrement réputé pour ses paysages. Les eaux de l’estuaire font l’objet d’une désignation « Natura 2000 en mer », tandis qu’un parc national recouvre l’ensemble des berges de ce fleuve. La beauté des paysages de l’estuaire attire de nombreux touristes et le trafic maritime a fortement augmenté ces dernières années. Cette importante fréquentation exerce de nombreuses pressions sur l’environnement, comme par exemple la libération dans le milieu de cuivre contenu dans les peintures antifouling. Face à l’absence actuelle de suivi, l’institut Ruđer Bošković envisage d’étudier grâce à ce projet, la fréquentation nautique du site et les évolutions de la concentration en polluants chimiques, en particulier le cuivre. Cette étude permettra de mettre en lumière les relations éventuelles entre la fréquentation nautique et les variations de concentration en polluants, d’élaborer des indicateurs de suivi et d’effectuer des recommandations pour une gestion durable des activités nautiques et la prévention de pollutions. Ce projet va également permettre à l’institut Ruđer Bošković de faire remonter les résultats aux autorités nationales et internationales.

Budget total : 28 000 €

Financement MedPAN : 19 500 €


Espagne – Université de Gérone

Parc naturel du Cap de Creus

Titre du projet : Etude des bénéfices et risques liés aux AMP pour le bien-être et la santé humaine : étude des activités de loisir au Cap de Creus

Thème : Bénéfices pour la santé et le bien-être liés aux AMP

Objectifs du projet :

Il est scientifiquement prouvé que le contact avec la nature et la pratique d’activités de loisirs dans un cadre naturel encourage l’activité physique, a des effets positifs sur le moral, diminue la vulnérabilité aux maladies et allonge l’espérance de vie. Ces recherches à l’origine de ces résultats se sont essentiellement intéressées aux espaces naturels terrestres, mais des études récentes montrent que l’environnement marin et la pratique d’activités de loisirs en lien avec ce milieu (plongée, nautisme …) a également des effets très positifs sur le bien-être et la santé humaine. Ces interactions avec l’environnement marin peuvent également présenter des risques pour la santé (production de toxines, expositions à des pathogènes …) qu’il est nécessaire d’anticiper. Cette nouvelle discipline scientifique, qui explore la relation entre l’environnement marin et la santé humaine, reste encore à explorer. Ce projet, mené par l’Université de Gérone, va dans ce sens en étudiant les bénéfices de la pratique d’activités de loisir dans les AMP pour le bien-être et la santé humaine. Le cas d’étude choisi est le parc naturel du Cap de Creus, qui accueille de nombreuses activités de loisirs et pour lequel des données existent déjà sur cette thématique d’étude. L’Université va ainsi renforcer les connaissances sur ce sujet et sensibiliser les gestionnaires et les acteurs sur ces thématiques. Ces actions permettront notamment d’initier une dynamique de promotion de ces activités de loisir dans la perspective d’améliorer la santé et le bien-être de la population tout en assurant la préservation de l’environnement.

Budget total : 27 000 €

Financement MedPAN : 20 000 €


Italie – Municipalité de Lampedusa et Linosa

Aires marines protégées des iles Pélages

Titre du projet : suivi et gestion des sites de pontes de tortues marines

Thème : Protection des tortues marines ; Impact du changement climatique

Objectif du projet :

Les aires marines protégées des iles italiennes Pélages sont un site important de nidification des tortues marines et en particulier des tortues caouannes. Le taux de réussite des pontes et certaines caractéristiques physiologiques (sexe, forme de la carapace par exemple) sont déterminés par des facteurs environnementaux du nid (notamment la température, l’humidité, la distance à la mer, la granulométrie du sable). Ces paramètres sont susceptibles d’évoluer avec le changement climatique, ce qui peut avoir un impact sur la réussite des pontes. Il existe actuellement peu d’études sur la relation entre l’évolution de ces paramètres environnementaux et leur impact sur la réussite des pontes et les caractères morphologiques des individus et aucune étude d’une telle nature n’a été conduite en Italie. Ce projet, qui regroupe l’ensemble des AMP des îles Pélages, envisage donc de développer des protocoles et de réaliser des suivis de paramètres environnementaux des nids et d’étudier la morphologie des jeunes tortues. Les résultats permettront de mieux comprendre le lien entre ces paramètres et les effets du changement climatique sur les pontes de tortues. Les résultats permettront également d’identifier et de mettre en place des mesures de protection des nids adaptées  face ces changements.

Budget total : 26 000 €

Financement MedPAN : 19 500 €


Liban – Réserve naturelle des îles aux Palmiers

Réserve naturelle des îles aux Palmiers

Titre du projet : Protéger les tortues marines par la prévention des menaces et la promotion des bénéfices liés à la présence de ces tortues pour la population locale dans la réserve naturelle des îles aux Palmiers

Thème : protection des  tortues marines

Objectif du projet :

Bien que les côtes libanaises aient des caractéristiques environnementales propices aux pontes de tortues marines, la dégradation des plages (extraction de sable, présence de déchets …) a fortement diminué leur fréquentation par ces animaux. En 2001, le gouvernement libanais, en partenariat avec le SPA/RAC, a lancé une grande campagne d’identification et de suivi des sites de pontes potentiels, dans l’objectif d’établir un plan d’action national pour la conservation des tortues marines. Or, ce plan ne prévoit pas de couvrir la réserve des îles aux Palmiers. Ce petit projet permettra aux gestionnaires de réaliser des actions régulières pour le suivi, la protection des tortues marines et des sites de pontes et pour la sensibilisation de la population locale. Le projet doit permettre une meilleure implication de la population locale dans les actions de conservation et de communiquer sur les bénéfices, notamment touristiques, que peuvent apporter la présence de ces tortues, afin que les habitants deviennent des ambassadeurs de leur protection. Ce projet porte à la fois sur les sites de pontes dans la réserve et sur ceux présents sur les plages du continent en face de la réserve, qui sont utilisés par les mêmes communautés de tortues.

Budget total : 27 400 €

Financement MedPAN : 20 000 €


Monténégro – Centre méditerranéen de suivi environnemental (MedCEM)

Projet d’AMP de Platamuni, de Katič, de Ratac, et de Stari Ulcinj

Titre du projet : Renforcer la place de la pêche légale dans les futures AMP monténégrines

Thème : Gestion durable de la pêche

Objectif du projet :

Le Monténégro est l’un des dernier pays européens à ne pas avoir d’AMP et le gouvernement souhaite officialiser la mise en place de 2 voire 3 AMP d’ici 2020. Les autorités ont cependant conscience qu’elles doivent gagner l’adhésion des acteurs locaux et notamment des pêcheurs pour que ces  futures AMP soient efficaces. En effet, les acteurs locaux font peu confiance aux interventions des pouvoirs publics et la réglementation concernant la pêche est peu respectée du fait de la quasi-absence de contrôle et de sanctions.

Ce projet vise donc à faire connaître aux pêcheurs et acteurs locaux ce qu’est une aire marine protégée et les bénéfices qu’ils peuvent en tirer afin de les faire adhérer au projet. Ce projet, soutenu par le Ministère de l’agriculture et du développement rural du Monténégro, est porté par l’association MedCEM présente depuis plusieurs années sur le terrain et dont la position est perçue comme neutre par les acteurs. Ainsi, plusieurs ateliers, en présence de scientifiques, pourront être organisés afin de permettre aux acteurs de mieux connaître les AMP. Des visites d’échanges dans d’autres AMP de l’Adriatique permettront aux pêcheurs monténégrins d’échanger avec d’autres communautés de pêcheurs et des gestionnaires d’AMP. Une « community voice video », vidéo qui donnera la parole aux pêcheurs au sujet de leur perception sur le projet d’AMP et les enjeux de la pêche, sera également produite. Cette vidéo se base sur une méthodologie développée par l’association anglaise Marine Conservation Society et qui a déjà fait ses preuves*. Elle permettra de communiquer sur les enjeux liés à la pêche, donnant ainsi l’opportunité aux autorités locales d’établir des mesures de gestion adaptées d’orienter leurs actions pour gagner l’adhésion des pêcheurs locaux.

* une vidéo de présentation de la méthodologie, réalisée par la Marine Conservation Society, est disponible à ce lien

Budget total : 26 000 €

Financement MedPAN : 19 500 €