Présenté pendant l’atelier régional d’échange d’expérience 2018 du réseau MedPAN.

Révisé ces dernières années, le cadre juridique qui s’applique aux activités de pêche sur les 1 600 km de côtes algériennes est orienté vers la gestion durable des ressources biologiques, notamment des ressources halieutiques. Rappelons que 95% de la flotte de pêche en Algérie est constituée de petits métiers et que l’effort de pêche est principalement concentré sur la zone côtière. Les orientations de ce cadre juridique sont conformes à l’approche écosystémique et intersectorielle de la gestion intégrée des zones côtières dont le gouvernement a fait une priorité. Les activités écotouristiques liées à la pêche à petite échelle, telles que le Pescatourisme, la promotion des loisirs sous-marins ou la valorisation des produits de la pêche peu connus, s’inscrivent dans ce cadre.

Malgré les retards administratifs, la mise en œuvre de ces nouvelles orientations stratégiques et sectorielles doit se faire sur le terrain, notamment dans les AMP et les zones de pêche protégées proposées par les pêcheurs, auxquelles s’appliquent des dispositifs réglementaires plus strictes. Le contrôle et la surveillance du respect de la réglementation dans certains domaines demeurent également un défi majeur.

Présentation powerpoint

Contact: Nadia Ramdane, DPRH Jijel, Algérie (contacter le secrétariat MedPAN pour plus de détails)

Étiqueté avec :