Les Aires Marines Protégées (AMP) sont des lieux privilégiés pour étudier les effets des changements globaux. Elles fournissent une référence précieuse sur l’état et le fonctionnement des écosystèmes marins, car elles ne sont pas soumises à la plupart des perturbations qui affectent de nombreuses zones marines. De plus, la réglementation des activités dans ces zones permet de concevoir des études évaluant les effets de différents types de perturbations et l’efficacité des mesures de gestion. Choisir des AMP avec des conditions environnementales variables permet de réaliser des études comparatives, de formuler des hypothèses sur l’évolution future des écosystèmes et d’évaluer les impacts sur de grandes échelles spatiales.

En 2013, l’UICN Méditerranée et le CAR / ASP ont dirigé la publication de l’outil de gestion Les aires marines protégées (AMP) méditerranéennes et le changement climatique : Guide dédié au suivi régional et aux opportunités d’adaptation. Depuis lors, la recherche sur le sujet se poursuit et aujourd’hui plusieurs projets sont en cours en Méditerranée.

Projet MIMOSA

mimosa.medreover.org
MIMOSA “Are MedIterranean Marine prOtected areaS efficient against wArming effects?” est un projet financé par la Fondation Prince Albert II de Monaco et exécuté par l’Institut des Sciences de la Mer (ICM-CSIC) du Conseil Espagnol de la Recherche (Espagne) en collaboration avec le Département de Biologie Evolutive, Ecologie et Sciences de l’Environnement (UB) de l’Université de Barcelone (Espagne), le Laboratoire des Sciences de l’Information et des Systèmes (LSIS – UMR 7296 CNRS) de l’Université d’Aix-Marseille (France), le Parc Régional de Corse (PNRC) Réserve Naturelle de Scandola (France) et l’Institut National Agronomique de Tunisie (INAT, Tunisie).

Dans ce projet, les chercheurs travaillent sur comment améliorer la gestion des AMP face au changement climatique. Le travail s’appuie sur 3 AMP emblématiques (parc naturel des îles Medes, réserve naturelle de Scandola et parc national de l’archipel de Zembra), où sont étudiés trois habitats spécifiques formant des anthozoaires du coralligène: le corail rouge, Corallium rubrum, la gorgone rouge Paramuricea clavata et le corail Astroides calycularis. L’état des populations par des analyses génétiques et démographiques est étudié, ainsi que des analyses des conditions de température passées, présentes et futures. Ces informations, couplées aux résultats des expériences de thermo-tolérance, donneront une idée de la vulnérabilité des populations au réchauffement attendu dans chaque AMP, ce qui devrait guider les actions de gestion afin de minimiser les impacts ou augmenter la capacité de réponse des populations.

Projet MPA-Adapt

https://mpa-adapt.interreg-med.eu/

Le projet MPA-Adapt («Guider les Aires Marines Protégées de Méditerranée à l’ère du changement climatique: renforcer la résilience et l’adaptation») est axé sur l’élaboration de plans d’adaptation collaboratifs et propres à chaque AMP par le renforcement des capacités, l’évaluation des risques et les actions et priorités potentielles nécessaires pour assurer l’adaptabilité et la résilience de la biodiversité et des communautés locales, y compris les pêcheurs et les autres parties prenantes. Le projet est mené par le Conseil national de la recherche (CSIC) et implique sept autres partenaires du bassin méditerranéen: l’Institut national italien pour la protection de l’environnement et la recherche (ISPRA), le Centre de coopération méditerranéenne de l’UICN, le parc national de Brijuni (Croatie), l’Aire Marine Protégée des îles Pélagie – municipalité de Lampedusa et de Linosa (Italie), le consortium de gestion de l’AMP de Portofino(Italie), le parc national de Port-Cros (France) et de l’Agence pour l’environnement de la Corse. Le projet court de novembre 2016 à mai 2019.

Entre autres activités, ce projet verra l’élaboration de protocoles de surveillance du changement climatique: température, mortalité, populations de poissons indicateurs. Ces protocoles seront disponibles sur papier et par le biais de didacticiels vidéo avec une base de données collaborative et des outils d’analyse de données. Le projet mettra également à jour les fonctionnalités de T-Mednet pour améliorer les échanges avec les gestionnaires d’AMP.