Présenté pendant l’atelier régional d’échange d’expérience 2018 du réseau MedPAN.

Dans le contexte d’une grande station balnéaire (Cap d’Agde) avec une importante activité de pêche (chalutiers et pêche côtière et hauturière artisanale) et de la présence de nombreuses activités récréatives en mer, la ville d’Agde immerge depuis plus de 30 ans (depuis 1985) plusieurs types de récifs artificiels dans l’AMP de la côte d’Agathoise, un site marin Natura 2000.

Initialement, l’objectif principal était de trouver des solutions à l’épuisement des ressources halieutiques locales et de soutenir la pêche côtière.

A cet objectif socio-économique se sont progressivement ajoutés des objectifs de résolution des conflits d’usage / acteurs maritimes et des objectifs écologiques de préservation de la biodiversité marine, de création de nouveaux habitats et corridors avec la roche naturelle.

Entre 1985 et 2009, 429 modules, soit 4 500 m3, ont été immergés pour un total de 2,4 millions d’euros.

Un suivi scientifique rigoureux a été effectué sur les paramètres physiques et biologiques (en plongée) ainsi que par des pêches expérimentales avec l’appui des pêcheurs, sur la base des zones de contrôle naturel et des zones avec différents types de récifs artificiels (buses, buses tapis, doubles buses, paniers).

Les objectifs des premières immersions en 1985 et 1995 par le système de tuyères ont été atteints pour la protection contre le chalutage mais un fort enfouissement a été observé.

Pour l’immersion en 2009, la plus importante en termes de volume et de nouveaux récifs de type panier, et qui différencie les récifs de protection et de production, l’objectif de soutien à la pêche professionnelle a été atteint. Le rendement s’est avéré meilleur avec le système de panier.

L’objectif de résolution des conflits d’usage est en partie atteint grâce à une meilleure relation entre les pêcheurs professionnels. Cependant, la relation doit être renforcée avec les activités récréatives (en particulier la pêche récréative) qui nécessiteraient un plan de gestion approprié.

L’objectif de préservation et de restauration de la biodiversité a été partiellement atteint, notamment avec la création de nouveaux habitats artificiels, avec des concrétions très importantes, avec un effet de production important sur les espèces commerciales de homard et avec la création de corridors écologiques dans l’AMP.

Toutefois, une meilleure gestion et une meilleure protection des récifs artificiels contribueraient à soutenir la pêche côtière professionnelle sur la côte d’Agathoise.

Les résultats montrent que les habitats naturels restent les principales zones de production et qu’il est nécessaire de considérer les habitats naturels pour l’efficacité de l’immersion. Les récifs artificiels ne sont pas un système isolé.

Présentation powerpoint

Contact: Renaud Dupuy de la Grandrive, Ville d’Agde, AMP de la Côte Agathoise (contacter le secrétariat MedPAN pour plus de détails)