Une nouvelle étude révèle l’ampleur des aires marines « de papier » européennes : 96 % d’entre elles autorisent des activités destructrices à l’intérieur de leurs limites

Une nouvelle étude révèle l’ampleur des aires marines « de papier » européennes : 96 % d’entre elles autorisent des activités destructrices à l’intérieur de leurs limites

Oceana propose, dans l’étude résumée dans cet article, sa propre classification des AMP. Si vous relevez des erreurs ou des incohérences au vu de votre expertise, merci d’en faire part au secrétariat MedPAN. Oceana demande à la Commission européenne d’interdire