Auteur : Fabio Vallarola

Le réseau d’aires marines et côtières protégées de l’Adriatique, AdriaPAN-Adriatic Protected Areas Network, a célébré son dixième anniversaire le mercredi 26 septembre à San Benedetto del Tronto, dans la Réserve naturelle de Sentina, avec l’événement « 10 ans de AdriaPAN, passé et futur« . Des représentants des aires marines et côtières protégées du bassin Adriatique, des représentants de la Région Abruzzo et de l’Initiative Ionienne Adriatique et des membres d’associations locales et nationales ont participé à cet événement.

Au cours de la cérémonie institutionnelle qui s’est tenue le matin, Giuseppe PIGNOTTI, lauréat du Concours européen EUinMyRegion, a remis une photo à Luciano MONTICELLLI, conseiller municipal de la région Abruzzo et maire de la municipalité de Pineto, lors de la signature de la charte Cerrano (acte fondateur d’AdriaPAN) ; à Filippo ALABARDI, directeur exécutif de l’Initiative IAI-Adriatique-Ionienne, une institution qui a reconnu AdriaPAN en 2013, et enfin aux représentants de la Réserve Marine de Miramare, Carlo FRANZOSINI et Saul CIRIACO, qui ont promu et cogéré le réseau durant ces années.

Nous avons discuté des résultats obtenus par le réseau et des engagements pour les années à venir sur la base de nouveaux projets et de l’extension du réseau aux aires protégées de la mer Ionienne afin d’atteindre une coïncidence territoriale avec la Région Macro Adriatique Ionienne.

En particulier, nous avons confirmé certains aspects stratégiques importants déjà contenus dans le projet AdrioNET, présenté dans le dernier appel INTERREG Adrion, mais qui n’a pas été financé lors de la première session :

  • la nécessité d’étendre le réseau à la mer Ionienne (d’AdriaPAN à AdrIonPAN), tant pour la continuité environnementale que pour la cohérence en ce qui concerne la macro-région adriatique et ionienne et sa stratégie (EUSAIR) ;
  • la nécessité d’évaluer la transition vers une forme juridique définie afin de représenter un point de référence encore plus fort et actif, tant pour les aires protégées que pour les institutions à différents niveaux. A cet égard, nous avons souligné que MedPAN a inclus comme objectif stratégique le renforcement des réseaux sous-régionaux pour la période 2019-2023.
  • La nécessité de poursuivre l’élaboration de projets axés sur différents thèmes, tels que la biodiversité, les services écosystémiques et l’adaptation au changement climatique, en intégrant ces questions dans un tourisme durable orienté vers l’utilisation des biens culturels et environnementaux actuellement négligés (par exemple : l’archéologie sous-marine et les projets promus par le laboratoire Envix de l’Université du Molise).

Enfin, l’importance d’organiser une réunion présentielle des membres d’AdriaPAN dans les prochains mois a également été soulignée, éventuellement dans le cadre des activités de MedPAN. En regardant la « Stratégie MedPAN 2019-2023 et au-delà » où il est dit, dans le « Résultat 2 : Réseaux actifs d’acteurs MPA à tous les niveaux« , que : « Les membres volontaires de MedPAN (« les medpañeros ») soutiendront les mécanismes de mise en réseau des gestionnaires des AMP dans leur propre pays et/ou au niveau sous-régional. Différentes  » formules  » et façons d’agir peuvent être trouvées en fonction du contexte du pays ou de la sous-région et des besoins qui peuvent être ponctuels ou permanents[et] Si nécessaire, MedPAN peut également soutenir l’amélioration ou la création de nouveaux réseaux régionaux de gestionnaires d’AMP à travers le monde« .