Sur la base des dispositions et recommandations émises dans le cadre des accords ci-dessus, de nombreuses initiatives ont été entreprises par les organisations internationales et nationales, afin d'aider les pays méditerranéens à développer les AMP et à améliorer leur gestion.

Les actions proposées comprennent des études et les enquêtes de terrain afin d'identifier les zones marines présentant un intérêt pour la protection, de l'aide (scientifique, technique et juridique) et des actions de renforcement des capacités et de sensibilisation, ainsi que des activités de mise en réseau destinées à promouvoir des échanges d'expérience et des leçons apprises.

Cependant, malgré les efforts déployés, malgré l'existence d'un réseau de gestionnaires d'AMP, le réseau méditerranéen des sites d'AMP souffre encore de faiblesses significatives , en particulier d'un manque de cohérence et de représentativité écologique, ainsi que d'une gestion peu effective de nombreuses AMP existantes. Ce constat montre que si un groupe de sites individuels existe, il n'est pas encore un réseau. De plus, les difficultés passées pour atteindre les objectifs définis internationalement doivent nous conduire à développer de nouvelles méthodes d'intervention et réviser les politiques de chacun (gestionnaire, responsables nationaux, institutions, bailleurs, ONG, chercheurs,…).

Les opportunités précieuses qui pourraient aider à améliorer le réseau méditerranéen des AMP sont les suivantes :

  • Le processus en cours pour la révision du PASBIO  dans le cadre de la Convention de Barcelone 
  • L'application de l'approche écosystémique  dans le cadre de la Convention de Barcelone, 
  • La mise en place d'accords internationaux sur la mer ouverte associés à la biodiversité.
  • Ls étapes restantes de la mise en application par les États membres de l'UE de la DCSMM, de Natura 2000 en mer, de la nouvelle PCP,
  • La suite de la conférence de Rio+20 et des réunions des parties de la CDB, comprenant les engagements principaux exprimés lors de la conférence ("L'avenir que nous voulons")
  • Le suivi de la feuille de route pour 2020

En outre, l'élan généré par le Plan Stratégique pour la Diversité Biologique 2011-2020 de la CDB devrait être maintenu et renforcé régulièrement pour aider les pays méditerranéens à réaliser leurs objectifs, et en particulier l'objectif d'Aichi n°11 : 

La perspective d'une réalisation des objectifs du Plan Stratégique pour la Diversité Biologique en Méditerranée, dans les délais, sera uniquement envisageable si les autorités nationales, les ONG, les organismes de recherche scientifique, les agences nationales en charge des AMP ainsi que les gestionnaires des AMP, les populations locales et les acteurs du secteur privé (la pêche, le tourisme, etc.) et aussi les bailleurs, non seulement renouvellent et renforcent leur engagement dans cette stratégie, mais développent également  des synergies et des économies d'échelle, en travaillant ensemble d'une manière plus collaborative et significative.

 

L'amélioration de l'état du réseau méditerranéen des AMP nécessite que les défis suivants soient relevés :

  • Rendre le système actuel des AMP en Méditerranée écologiquement plus représentatif et plus cohérent au regard de sa justification, de sa couverture géographique, de la connectivité entre AMP notamment. 
  • Renforcer les moyens humains et les moyens techniques (échanges d'expériences, outils, méthodes, …) associés à la gestion des AMP
  • Renforcer les moyens et mécanismes financiers associé à la biodiversité et aux AMP.
  • Gérer les AMP existantes en Méditerranée de manière effective et efficace
  • Renforcer les synergies entre toutes les parties prenantes au plan local, national et international
  • Intégrer les gouvernances et les cadres juridico-institutionnels en vue d'une clarification des dispositifs et la pérennisation des mesures et des AMP
  • Valoriser le rôle de laboratoire et d'innovation des AMP (technique, sociétal, gouvernance)
  • Assurer la pérennité et l'efficacité du réseau des gestionnaires des AMP
  • Contribuer à une gestion durable des ressources méditerranéennes
  • Développer des activités d'information et d'éducation à l'environnement sur les AMP et la biodiversité marine et l'intéraction avec les usagers.